Le 36e Parlement étudiant du Québec clôture ses portes
Le 36e Parlement étudiant du Québec clôture ses portes

Hier, dans le salon Rouge de l’Assemblée nationale, s’est conclue la 36e édition du Parlement étudiant du Québec (PEQ). Les quelque 140 participantes et participants ont dit au revoir à la colline Parlementaire après cinq jours de simulation sans pareils.

Du 2 au 6 janvier, deux gouvernements aux couleurs différentes se sont succédé. Le caucus des « Rouges », dirigé par Antoine Poulin, a d’abord présenté trois projets de loi, un budget et un projet de livre blanc, tous acceptés par l’Assemblée avant que le chef des Rouges remette sa démission le 4 janvier dernier.

Isadora Gaudette et Sabrina Krause du caucus des « Bleu.e.s » ont ensuite remplacé le précédent gouvernement en présentant à leur tour le même nombre de projets de loi, un budget et un projet de livre. Tous ces projets ont aussi été acceptés par l’Assemblée constituée de jeunes de 17 à 29 ans.

« Ce fut une expérience très enrichissante pour les participantes et participants. Elles et ils ont, entre autres, prononcé des discours au salon Bleu, défendu leurs projets de loi en commission parlementaire et affronté la critique des médias », explique Hilal Pilavci, présidente du conseil d’administration de l’Assemblée parlementaire des étudiants du Québec (APEQ), l’organisme derrière cette activité.

Le quatrième pouvoir n’a pas chômé lors du PEQ. L’équipe des journalistes, dirigée par Laurence Philippe et Laurence Thibault, a couvert de fond en comble les travaux de la simulation, produisant chaque jour deux journaux distincts ainsi que des reportages télévisuels. Les articles et les productions des participantes et participants, qui ont alimenté les débats tout au long de la simulation, sont disponibles sur la page Facebook du caucus des « Journalistes »

« Dans les cinq derniers jours, les participantes et participants ont vécu une immersion au coeur de la vie politique québécoise. Il s’agit d’une expérience éducative des plus formatrices qui permet aux étudiantes et aux étudiants de se dépasser en débattant d’enjeux majeurs de la société québécoise », souligne Mme Pilavci.

Depuis maintenant plus de 30 ans, plus de 2 000 jeunes de 18 à 25 ans ont expérimenté les rouages du système parlementaire québécois. Certaines et certains d’entre eux ont endossé le rôle de député par la suite ou le sont actuellement. D’autres sont devenus des journalistes réputés du milieu médiatique. Ces jeunes sont unanimes : le PEQ a constitué une étape marquante de leur éducation politique et citoyenne. La mission pédagogique du PEQ participe à l’approfondissement des connaissances des jeunes en matière d’institutions parlementaires québécoises.

Les participantes et participants de cette simulation viennent de toutes les régions du Québec et de différents établissements scolaires. Il est toujours possible de faire des entrevues avec certaines et certains d’entre eux après le PEQ. Des photos sont aussi disponibles sur demande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here